Blog | Lecture : 4 min.

Julien Laissus, ancien courtier, devient franchisé Basilic & Co avec l’aide de Monte Ta Franchise

 

Après un parcours professionnel dans le conseil et le financement de prêt immobilier, Julien change de voie et décide d'ouvrir son restaurant Basilic & Co au Mans. Malgré l’appréhension des banques, Julien n’a jamais cessé d’y croire… Aujourd’hui à la tête de son nouveau restaurant, il nous explique comment s'est passée sa reconversion professionnelle, soutenue par Monte Ta Franchise.

 

Julien, pouvez-vous nous parler de vous et de votre parcours professionnel ?

 

J’ai suivi un cursus commercial, avec un BTS Actions de commercialisation dans l’immobilier. J’ai travaillé 5 ans dans ce domaine, puis je me suis orienté dans le secteur du courtage ou j’ai occupé le poste de courtier en crédit, pendant 8 ans. C’est un métier passionnant dans lequel j’ai énormément appris… mais je commençais à tourner en rond et j’avais besoin de relever de nouveaux défis.

 

Pourquoi avoir choisi de vous reconvertir ensuite dans le secteur de la restauration ?

 

C’est un milieu dans lequel j’ai toujours voulu me lancer. Ayant grandi dans une famille de restaurateurs, c’est un univers que j’affectionne particulièrement. J’ai réalisé mes premières expériences dans le restaurant de ma tante, durant des jobs d’été. Je suis passé par tous les postes ; la plonge, commis de cuisine, gestion du bar et de la salle…

J’ai toujours dit à ma tante qu’un jour, j’ouvrirais mon restaurant, mais avant cela je voulais me concentrer sur mes études dans l’immobilier et gravir les échelons.

 

restaurant_basilicandco_montetafranchiseEntreprendre en franchise était une évidence pour vous ?

Ayant été courtier en financement, je savais qu’avoir un accord bancaire, étant donné mon manque d’expérience dans la restauration, allait être très compliqué. Je me suis dit que les banques seraient plus rassurées si je trouvais une franchise sérieuse, avec une bonne renommée, un concept qui fonctionne et surtout une enseigne qui accompagne ses franchisés dans tous les aspects.

 

Comment avez-vous choisi votre enseigne ?

 

Lorsque j’ai entamé mon projet de reconversion professionnelle, je voulais prendre le temps de trouver la bonne enseigne, celle qui me convenait. J’ai découvert Basilic & Co sur les réseaux sociaux et grâce des newsletters sur la franchise que je recevais. J’ai d’abord été attiré par le code couleur, puis je me suis informé sur le concept et là j’ai été conquis ; des pizzas faites 100 % maisons, réalisées à base de produits du terroir, frais et pas surgelés. Je voulais vraiment jouer sur la qualité des produits parce que c’est ce que les français recherchent aujourd’hui.

 

 

Devanture du restaurant 

 

Quelles ont été vos principales freins et appréhensions ?

 

Les banques ! Encore une fois… Je m’étais renseigné auprès de mon réseau en amont et les retours n’étaient pas très bons… Parce que c’est quasi-impossible de les convaincre lorsqu’on n’a pas une expérience significative dans la restauration… Mais j’étais déterminé et je me suis dit « qui ne tente rien n’a rien ! ».

 

Monte Ta Franchise vous a soutenu dans le financement de votre projet, pouvez-vous nous expliquer comment cela s’est passé ?

 

C’est Basilic & Co qui m’a parlé de cette solution de financement ; elle était adaptée à mes besoins car j’étais parti sur un projet conséquent, et mon apport ne suffisait pas. Je ne savais pas que « Monte Ta Franchise » et ce type d’aide financière pouvait exister. L’équipe m’a réellement aidé, je remercie particulièrement Loïc Cazalon, Directement d’investissement, qui s’est occupé de mon projet de A à Z, de manière très professionnelle.

 

"Je ne savais pas que ce type d’aide financière pouvait exister. L'équipe Monte Ta Franchise m'a accompagné et suivi de A à Z... C'est une collaboration réussie à 200%"

 

 restaurant_basilicandco_montetafranchise600px

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’accompagnement de Monte Ta Franchise ?

 

L’équipe de Monte Ta Franchise a fait beaucoup de choses pour moi : ils m’ont aidé à gérer les statuts de l’entreprise, on a échangé par mail et par téléphone pour suivre l’avancée du projet (recherche du local, analyse du bilan prévisionnel…) ils m’ont accompagné à mes RDV bancaires. Loïc Cazalon s’est déplacé à plusieurs reprises (signature du contrat, inauguration du restaurant…), il y a vraiment eu un suivi général, j’ai trouvé ça génial. On peut dire que c’est une collaboration réussie à 200% !

 

Quel conseil pourriez-vous donner aux personnes qui désirent changer de métier et ouvrir une franchise ?

 

Tout d’abord, c’est de faire confiance à des professionnels comme l’équipe de Monte Ta Franchise, parce qu’ils sont vraiment d’une aide très précieuse surtout pour des personnes qui sont novices et qui souhaite faire une reconversion professionnelle comme moi, c’est très rassurant !

 

 

 

Intérieur du restaurant 

 

"Oublie ton ancien métier et puis avance vers ce nouveau projet et réalise ton rêve !"

                                  basilicNco_monte_ta_franchise_600pxJulien et son équipe 

 

 Si vous aussi vous souhaitez ouvrir votre restaurant Basilic & Co avec un apport limité, contactez-nous.

 

Publié dans : Temoignages

Articles similaires

9 mars 2019

« Je savais que je pouvais y arriver, même avec pas grand-chose en poche… » Nadia Bard, franchisée VOG

  Nadia Bard est une coiffeuse passionnée par son métier, après avoir accumulé les expériences en salon, c’est lorsque son mari se fait muter dans le Var qu’elle saute le pas et se décide à ouvrir son propre salon de coi...

20 décembre 2018

Retour d’expérience de Zyad Yaacoubi, jeune franchisé dans le secteur automobile

  Aller au bout de ses objectifs, tel a été le leitmotiv de Zyad Yaacoubi. Il nous raconte comment il a dépassé la barrière du financement pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Un témoignage riche en enseignem...

25 octobre 2018

Entrepreneurs, faites-vous aider en misant sur la franchise !

  Gagner en compétences dans une structure, avant de quitter le salariat pour devenir son propre patron. Voilà le projet rêvé de beaucoup d’artisans boulangers. Mais la réalité n’est pas toujours aussi rose qu’on le croi...

Recevoir la newsletter